Tout savoir sur les règlements de construction

Le règlement de construction est un instrument technique qui réglemente toute activité qui entraîne une transformation urbaine ou immobilière du territoire municipal et qui réglemente donc les aspects hygiéniques, technico-esthétiques, de sécurité et d’habitabilité en général des bâtiments et de leurs annexes. Son objectif est donc de veiller à ce que les bâtiments soient sains, confortables pour leurs occupants et que leur construction soit respectueuse de l’environnement, économe en énergie et en ressources.

Ces règlements constituent l’un des projets qui composent le Plan général de réglementation (ou Plan de gouvernement territorial ou Plan municipal d’urbanisme, selon les dénominations que cet instrument d’urbanisme prend), et sont donc élaborés par des professionnels techniques, tels que des architectes et des ingénieurs.

La réglementation municipale en matière de construction

Les règles de construction diffèrent d’une municipalité à l’autre. Le projet de règlement de construction est soumis par le conseil municipal, doit être adopté par résolution du conseil municipal et ensuite envoyé à la région pour approbation.

Pour consulter le règlement de construction de votre municipalité, il était nécessaire, jusqu’à il y a quelque temps, de se rendre à son siège. Aujourd’hui, cependant, presque toutes les autorités publient une copie en ligne sur leur site officiel, où vous pouvez la télécharger.

Le contenu d’un règlement

Le contenu des règlements de construction est régi par la loi consolidée sur la construction. e texte est généralement divisé en plusieurs parties (titres), qui à leur tour sont divisées en articles régissant tous les aspects de la gestion des terres municipales. Par exemple, le règlement de construction énumère toutes les exigences à respecter lors de la construction d’un bâtiment.

À titre d’exemple, il existe une liste (non exhaustive) d’exigences qui peuvent être contenues :

– Les distances à respecter entre les bâtiments ;

– Les distances des bâtiments par rapport à la route ;

– Les hauteurs maximales des bâtiments ;

– Les hauteurs intérieures minimales des locaux d’habitation ;

– Les surfaces minimales des bâtiments en fonction de leur utilisation prévue ;

– Les ratios aéro-luminants, c’est-à-dire la taille des surfaces vitrées par rapport à la superficie des locaux ;

– La composition et l’activité de la commission de construction.

Plusieurs de ces aspects sont en fait également régis par le code civil. Mais la R. E. le signale, en ce sens que ses prescriptions, qui peuvent être plus restrictives, prévalent sur celles du code. Les indications du code civil ne restent donc valables que dans les cas où le règlement n’est pas prononcé.

Les règles à suivre pour la présentation d’un projet de construction

Une partie importante du texte est consacrée à la description des règles à suivre pour la présentation d’un projet de construction, aboutissant à la délivrance du titre d’autorisation.

Cela commence par une description de la manière dont le projet doit être élaboré et une liste des documents à joindre. Il décrit ensuite l’ensemble du processus d’autorisation que le dossier doit suivre après son dépôt et indique les tâches de la personne chargée de la procédure à laquelle il sera confié.

Elle se termine par une description de la manière de délivrer le projet approuvé et des frais et droits à payer pour l’obtenir.

Bien entendu, pour les interventions qui ne nécessitent pas d’autorisation mais pour lesquelles la présentation d’une communication est suffisante, les modalités pertinentes sont décrites.

Les règlements de construction standard

En vue de simplifier les procédures du citoyen envers l’administration publique, il est question depuis quelques mois d’élaborer un règlement standard de construction unique, valable sur tout le territoire national.

Tout en respectant les particularités et la spécificité de certaines zones territoriales, la présence d’un instrument réglementaire unique, qui irait de pair avec les récents modèles de norme unique préparés pour les permis de ski et de construire, serait un élément très utile pour les techniciens et les citoyens afin de surmonter le babel des règles et règlements municipaux qui rendent habituellement les procédures administratives longues et complexes.

En fait, ce qui alourdit souvent les procédures, c’est la difficulté d’interpréter des règles, des paragraphes, des codicilles qui, s’ils étaient plus uniformes sur tout le territoire, pourraient être lus sans ambiguïté.

Malheureusement, la mesure qui était présente dans un projet de décret a été perdue lors de sa publication finale, nous devrons donc attendre l’avenir pour d’autres développements.